Le fin du Fonds n°6 - fêter "Nàu"

Publié le par Centre Culturel-La Marchoise

Le fin du Fonds n°6 - fêter "Nàu"

Installés confortablement près de la cheminée ?

Ce mois-ci, l'e-vellour met à l'honneur une tradition de la semaine de Noël, le « trfoujhàu », et accompagne vos veillées par des contes, en poitevin-saintongeais bien sûr.

En ce temps-là, le sapin, venu d'Alsace, était inconnu des intérieurs, et l'orange était LE cadeau offert aux enfants.

De ce temps-là, des voix témoignent :

Le tison de Noël

Dans l'temps, on choisissait une grosse bûche qui devait durer 3 jours (=veillées) de temps. On la gratte la bûche de Noël, vous savez, ça sort des étincelles, et on dit par exemple « des œufs, des œufs ! », « des agneaux !»... « des pt'its poulets ! » … ou « des pirons !», « des oisons !», tout ce qu'on veut, vous savez tout ce qu'on récolte... c'est un amusement qu'on fait l'soir, ça … ça s'est toujours fait.

Mme Lilienne Marie, février 1974, Usson-du-Poitou (L'Habit) - cote MDG 0011, fonds La Marchoise

---

Dans les fermes, les gens faisaient leur pain. Pour Noël, ils faisaient un pain rond, ils distribuaient les tranches à certaines personnes... des familles nécessiteuses... ça s'appelait un naulét. On faisait ça pour Noël, ce pain... alors il paraît qu'il portait bonheur.

Mme Bourault/Mme Debiais, St-Secondin, février 1973 - cote MDG00252

---

On mettait la bûche, on y mettait d'leau bénite avec un rameau là-d'ssus et puis... vous savez, on grattait la bûche avec la pincette, là, et on disait « A Nàu, à Nàu, des poules et des jhaus... et des canards, des poulets, des lapins, des bœufs, des vaches, du blé »... de tout et tout... « du vin, d'la vigne »... et puis « une bonne santé pour tous » en dernier lieu.

La bûche (de chêne), on la mettait la veille de Noël, on la faisait brûler tous les jours un p'tit bout, fallait qu'elle dure jusqu'au... 2 janvier. Alors le 2 janvier, la bûche, elle était cuite. On gardait du charbon de Noël pour mettre sous les poules qui couvaient, pour pas que le tonnerre les tue... et même on en gardait un p'tit bout en cas d'orage. Si 'y avait un orage, on mettait un cierge allumé et un p'tit bout de charbon de Noël dans l'feu.

Y'a des endroits, mais ça, i l'ai jamais vu faire, qu'on faisait cuire un p'tit pain au feu d'Noël... pour donner aux bêtes malades.

Mme Elise Barbot, Magné, février 1969 - cote DCC02008-MDG00294

---

Dans l'temps, chez nous, voilà ce qu'on faisait : on nettoyait bien le... foyer, là... et on garnissait l'feu avec un morceau de bois nouveau... on allumait l'feu puis on bénissait ça avec de l'eau bénie... ensuite on chantait des p'tites prières autour... on la gardait pendant un an... quand elle était éteinte... on la mettait sous l'lit.

M. Louis Deschamps, Sommières-du-Clain, 11 novembre 1967 - cote DCC02045-MDG00497

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ine neùt de Nàu

I étiun bén au chàud. Defore, o fasét fréd, ol ébisallét réde au cantun daus charéres. Le revellun li alét a pllén pas. Daus sounours souniant de la musique pr dançàe, pr çhélés qui veliant. D’autres manjhiant, d’autres beviant…

Ol avét daus ribandeas prtout lés murs, prtout le pllafun. Daus luméres trlusiant, d’àutres brlutiant, lés cunfétis chesiant coume la naeve …

Lés tapuns daus boutélles de chanpagne petiant séc, o fasét rire le munde qui danciant jha…

Trtouts rigoliant, chantiant, le munde pensiant den rén d’àutre que de prfitàe dau mae possiblle de çhés çhauques eùres que le rigoliant, que le chantiant, de la jhée quoe !

Trtouts veliant sunjhàe que den çhau moument, den le pllési dau moument, pu sunjhàe pr in petit de tenp que den daus endréts, den çhau moument, den çhéle eùre, o n’avét qu’aviant fréd, qu’aviant la bramine, ou bén qu’étiant a maladàe. Nun, le veliant pu sunjhàe, demén vénrét bén assé tout remenbràe tout çheù. É peù étiun z-y pa a Nàu ?

Ol ét prdéque que le munde s’amusiant…que le s’élourdiant pr aver rén d’àutre a sunjhàe. Çhau sér de revellun, i m’en resouvén bén, i étae entrmi trtouts…

Méneùt cheusirant. In bea Pére Nàu rentrit den la pllace. Tant mae ol alét, tant mae lés huchàies étiant fortes. Le munde se ramoucelirant entour le bounoume roujhe qui dounét daus nauléts a trtouts…I me nalae lés rejéndre quoure i veyi chàuque chouse qui me laessit tot couac…

Dare les careas de la crésàie, den la charére, çhàuqu’in nous argardét a maeme de nous amusàe. O se veyét que sa tàete pr en-sus le ridea bllans qu’étét tot mirolai ac daus étéles. Sa tàete été abrjhàie pr in bounét enfunçai dessu sés oralles. Sa goule étét maegrzie. Mé ol étét sés élls…

Daus grands élls malurous qui regardiant tot de ce qui trlusét. L’apouyit sa chétie cacréle su le carea, coume lés draules qui regardant ine devanture de jhouéts que l’aviant révais, é qu’étiant çhi, davant lours élls.

Çhau l’oume velét tot vere d’in cop, lés ribandeas, lés sounours, l’abre de Nàu qui trlusét de pllén de brtuns. Den sés élls, lés écllats dau pllési d’in draule, mé étou, la cadroue qui se vet den lés élls dau munde qu’amirlotant é qui deguenant ine afaere que le perant jhamé avrire.

I rigolae pu. I entendae pu lés àutres huchàe é chantàe a plléne tàete. I pensae a rén. I veyae que çhés élls malurous.

Tot d’in cop le me veyit. Sa tàete se nalit d’in cop de dare le carea. Sen saver prdéque, i bouti drét la porte é i me trouvi den la charére. L’oume se nalét d’in grand randun, den la naeve. Ine grande roupille abrjhét soun échine. Trop lunjhe pr li, a rabalét la sole, l’avét mis le col en sus.

En se revirant, le me veyit. Le se metit d’alàe core pu vite, d’aussi vite que le pevét. D’asard acoutumai d’étre abravai, d’étre a la ralle, d’aver le çheùr machai, d’avere pour d’i ne sé qui, le s’ensauvét, coume acoutumai…

A n’in bea moument, d’in cop, sen qu’i sayisse prdéque, i me meti de courir dare li pr asséyàe de le jéndre, pr asséyàe de li dire que le crénét rén, que le munde étiant pa si chétit que le z-ou créyét, qu’i pevae li faere in petit de bén pr que l’éjhe sun Nàu li-tou. Le virit le cantun de la charére. I asséyae de courir core mae vite, mé i arivae jha, cause de çhéle nàeve…

Quoure i arivit den le débout de la charére, tot ébafai, i veyi pu rén. L’oume étét pu çhi. Den la charére, daus patachis den la nàeve étiant trmaelais.

O venét daus bruts d’in petit prtout, daus huchàies, de la musique…

Çhéte neùt, i marchi. I marchi réde den la nàeve, den lés charéres trtoutes, den le travérs la vile, jhusqu’a la piquéte dau jour, den l’éspér de retrouvàe çhéle forme d’oume, qu’i créyae de vere a cha cantun daus charéres.

I le retrovi jha. Maugré qu’ol éjhe réde de tenp de çheù, i anblludi jhamé çhéle chétie argardure a l’oume qu’i trchi a neutàu, dau tenp de la neùt de Nàu…

Chebrét (Jean-Jacques Chevrier)

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voici un autre conte de Noël, inspiré par un collectage à Sommières-du-Clain. Au premier des douze coups de minuit, la terre s'ouvre et laisse apparaître un trésor. Il sera riche, celui qui pourra emplir un sac et ressortir avant que le dernier coup ne retentisse ! La mère laisse son enfant pour aller chercher un sac, et à son retour, le petit Batiot a disparu. L'année suivante, elle revient à l'endroit funeste...

Cunte de Nàu

            O fét jha trop fréd pr quéle neùt de Nàu...Le vent bufe. Le bàule en se prnant den lés mares daus chatagnàes...Den le ciàu, lés étéles trlusant, bén crochetàies a la grande roupille blleù funçài de la neut. Mé ol at si tant de tenp qu'a y sant...La lune ét core basse...ine grousse cràepe qu'o dirét, qui bale den l'aer dau tenp...La neùt ét cllére, ol arat daus poumes. Voé, ol ét de ce qui se dit, pasque de maeme, a voeyant se métre en pllace au bout daus branches...O fét jha bén fréd, prtant ol ét jha lén de mineùt. Mineùt, l'oure que le munde alant se nalàe.a la màesse...a mineùt, d'àùtres, core bén mae faere le revellun. Ol ét la neùt de Nàu. Ol ét la neùt que lés nàuléts renpllissant lés soulàes, aus petits coume aus grands...La Lisebea, a l'at pa fréd lai. Prtant soun alén fét coume de la fumàie coure a bufe. Fàut dire qu'a marche bun trén ac sun petit Batiot qu'a tént, sa menine den sa mén. Al at poullai sun grous parca en pllastique blleù su le dessus, jhàune den le deden. O se voet aus écoéns dau col...Sun djhine li cape sés jhares...ac lés érundes o fàut se défiàe...Al at rén mis su sa tàete, sés beas piàus négres balant den lés bufàies de vent. Lisét li, l'ét bén capurotai . L'at sun parca li-tou, roujhe, sés çhulotes en velous que le bas ét rolai den daus petites botes...jhàunes...

            La Lisebea a sét que de tote façun, a la mésun o fét jha bén chàud. Le revellun ? a sét pu de ce qu'ol ét dau dépeù luntenp...é peù tote soule ac sun petit Batiot...L'arat maeme pa çhéte annàie, in chéti nàulét pr li faere sunjhàe que çhéle neùt ol ét ine neùt qu'o se fét la fàete...Le court li Batiot, ac sés petites jhares, a coutai sa meman...o fàut qu'a séjhe a l'oure la Lisebea. A sa muntre, core dis minutes. Dis minutes pi a yi serat...“ Ol at que çheù pr m'en sorti in petit ” qu'a sunjhe den lai-maeme...“ autrment pu rén...la chandéle, béntout copàie, l'aeve, a pisserat pu ghére su la maràie...aléz dun vivàe de maeme ”. Al argarde sa muntre que lés oures trlusant den la neùt. Encore sét minutes. “ Mé bundela ol ét quant maeme pa si lén...prvu qui séjhe rendue a l'oure...” O dessend... Batiot déribote den lés jhares a sa meman...A le releve pr sés deùs bras...a s'agroue pr le saràe in cop a la brassàie de cuntre lai,ine boune bijhe , lours goules fréches é in petit moullàies réstant lapàie in petitde tenp. A leve core in cop la manche de sun parca. Core cénc minutes. “ A ! le grous chatagnàe...I sun pu lén mun Batiot mun boun ami, i m'en rapele...i virun a dréte, céncante pas a peù pràe, ine broussàie de jhite de chatagnàe, in chaumea é o serat lae ”. Quatre minutes qu'a vént de lire su le tablea a sa muntre. A s'enbréne den ine érunde, Batiot li-tou...“ La broussàie, voééé, le chaumea...voééé, ol ét jha mineùt. Batiot qu'a marmuse den ine bufàie, i y sun. Éjhe pa pour, tu vas vere...i vun étre riches, riches, mé écoutun-nous ” qu'a dessit en apouant sun dét su sa goule...é en argardant a dréte, a gàuche, in petit en tabut...

            Mineùt sounant a l'égllése dau vilajhe...La Lisebea sart sun Batiot de cuntre lai...A vire core la tàete, a dréte, a gauche lés élls grands coume daus pourtàus...lés balots in petit badais...

            Tot d'in cop, o frlasse, o ramijhe, ol at coume ine cllértai qui...mé voé qui munte de la tàere...ol ét, ol ét la tàere qui s'uvre...Tant mae o vat tant mae o cllérte...Mé voééé, ol ét bén çheù, tot coume de ce que sa memae li avét trjhou racuntai...A mineùt, den le Boes dau Cerésou...la tàere s'uvre...Voééé. Al apoue sa main su sa goule coume pr pa huchàe...Peù, vite, a dit a Batiot: “ Atend-mou çhi ! i revén, i serae pa lunjhe...” A le bijhe fort su sa boune jhote a la poume roujhe. Batiot le l'argarde se nalàe vér çhéle cllértai. O li fét si màu aus élls a Batiot qu'o l'ébrlute. L'ét d'obllijhai de déviràe la tàete...Avoure ol at coume de la broue qui munte, qui munte autour çhéle cllértai...

            Su le basséll de çhàu creùs, la Lisebea s'aréte. Peù, cha petit, a l'avance coume en se ratelant...“ Si tu peùs yi rentràe pendant que lés dose cops de mineùt sounant...”a l'entend la voe de sa memae quant a li cuntét çhéle afaere...“ peù renppli tun sac ”...Voé mun sac...A ! voé su moun échine lae...lés deùs brides den la mén...“ si tu peùs renplli tun sac de tote çhéle or qu'ol at...” Voééé de l'or, tot pllén d'or...a passe yine de ses méns deden, peù lés deùs peù...“ é si t'en sors avant que le deràe cop de mineùt séjhe cheùt...” A se met de renplli sun sac vite vite vite...Télement qu'al ét au trenblle qu'ol en cheùt autant a coutai coume a l'en met deden...uit !... neùv !... dis !...“ O fàut qu'i m'en enjhe, qui sorte de de-lae... Batiot...i serun riches...” Vite vite...a court sun sac sou sun bra...Dose !...Al ét defore, den la neùt ébafàie...

            Autour lai, pu rén, rén que la broue qui munte cha petit de la taere...La lune ét rendue en-su avoure, bllanche, a trluse...Lés unbres daus abres s'éparant su le pelun dau chaumea...A bufe la Lisebea, sun réspire ét sacallai...sun çheùr toque a sorti de sun poetrnall...a laisse cheùre le sac au bout de sun bras, a le laesse pendrllàe pr lés brides qu'a tént den sa mén. A releve lés randes de sés piàus pr dare peù se met de se nalae cha petit en arouant, en apelant : “ Batiot! Batiot O ! mun Batiot i seù lae ! Batiot! lavoure que t'és ?...” Ol at que le chavan “ Ouuu ! Ouuu ! le chemin de Charouuu ! ” qui trche sun chemin...Al ét ébrlobàie...“ Batiot Batiot! mé répoune-mou dun enfin... Batiot ! Ba...” Le réste li réste den le gorjhall, màelai a daus grous soufrnalls qui venant de muntàe en maeme tenp que lés égraemes li brollant lés élls...“ Batiot!... Ba...tiot ! ” Alore a se met de veler tornàe ché lai. Sun sac rabale su l'érbe, le béngue den lés érundes...“ Memae m'avét bén dit qu'i pevàe étre riche si...” Ine chavéche li passe a ras la goule Fla fla fla fla fla ! A dévire la tàete, la lune cllérte su lés ales bllanches de l'osea qui vat se calàe den le creùs daus boes...

            Sous sés pais qu'a trine avoure, la Lisebea fét foullarjhàe lés felles séques...lés chatagnàes s'avant défoullai dépeù déjha çhàuques jhors, apràe lés prméres jhelàies. Al arive den le vilajhe...“...prtant i sorti bén avant que le deràe cop de mineùt séjhe...cheùt...”. Core in cop a l'enveye sés piàus pr dare é releve sa tàete qu'a balance a dréte a gauche...“ Boune Nàu ! Boune Nàu ! ” qu'al entend huchàe ras lai. Ol ét dau munde qui revenant de revellounàe. “ Yeùs, i seù sur que l'avant  menjhai daus lumas ” qu'a se dit den lai-maeme “...voé ché nousàutres o se dit. Si i menjhun daus lumas pr Nàu i serun riche tote l'annàie...Bén mo-tou i seù riche...bén voé mé Batiot...avoure i ae pu Batiot! A déque me sart-ou d'étre riche...si-ae-pu-Ba-tiot! ” qu'al huchit tot fort. Çhàu munde se revirant ébobais...peù cuntinuant lour chemin.

            Al arive ché lai. O fét ghére de chàud den la mésun, maeme si defore...A remet in mourcea de billun den le poele...a frgoune la bue qui réste...o se met de petassàe. Daus petites fllames jhàunes se metant de luchàe le boes...A z-ou argarde la Lisebea...lés élls brollais, o li fét daus arbelutes pllén lés élls, pllén la tàete “...si tu peùs en sorti avant le deràe cop de mineùt...ac tot l'or que tu peras prenre...avant le...tu seras riche...Memai tu m'as jha tot dit ou, ou bén...” Al apoue sun sac su la tablle. Le sac voure qu'ol at tot pllén d'or...A veùt maeme pa argardàe deden...O serat dit qu'a serat jha ébrlutàie pr çhéle saletai d'or...A l'uvre le petit pllacard sou la maràie. A sort la bunbe de butane, a vire deùs tras boutélles, a leve ine trape qui tape in creùs en maçoune. Ol ét l'endrét que d'àutrefés den lés partements, coure ol oghit l'aeve coulante, l'aviant calai le cuntour. Avoure l'ét defore. A prend le sac é a l'apoue bén a funs den çhàu creùs, a renjhe bén lés brides, a remet la trape, lés boutélles dessu, peù la bunbe de butane a sun tour é a fét petàe la porte...

            Al ét faticàie, vassàie, acabassàie, coume si d'in cop al avét véllezit d'in séclle. A s'assit su le canapai, ramoucéle sés jhares pléjhàies sou lai. A froume lés élls “...Çhàu qu' arat pa pour de yi rentràe...” Al avét jha oghu pour lai...maeme si... “...Qui perat prenre tote l'or...” Inun pas tote...tote çhéle que le perat prenre bén...bén sur alun “...avant qu'o soune le deràe cop de mineùt... bén coume i fasit tot cuntant..."A s'enrole den la couvarte qu'étét su le canapai “...le serat riche...le se-rat ri-cheee...” Sés élls s'avant froumais le dourmi l'at enpougnàie...

            Coure a se dérévelle, al ét den ine chanbre ac daus murs cllérs. In ridea rolant ét a moetai enbaessai davant la croesàie...ine fame tote poullàie en bllanc li tént la mén.

O fét cunbén qu'i seù çhi ? Qu'ét-ou qu'i fét den çhàu lét ? La sougnouse li dit que l'endemén de la Nàu le l'avant trouvàie ché lai, tote fréde...en pllén dourmi...Dau dépeù, l'atendiant qu'a revile, ol ét de ce qui vént de se passàe.

            Dés çhàu jhour a se repanit. A devénghit mae vrioche. Lés coulours revénghirant su sa goule, mé a réstét acabàudàie, l'envie de rén...

            Lés idàies li revenant...Coure la frmajherie tapit sun pourta, le se trouvirant ine çhénzaene a la cote. Pu d'ouvrajhe...in petit de sous pr lour faere tapàe la goule. Çhés deùs tras sous sirant vite égoussais. Peù, la Nàu qu'arivét... Batiot qu'arét... Batiot ! mé lavoure que l'étét sun Batiot... Batiot...al en avét rén dit. Al en dessit rén...

            A demande quél jhour qu'ol ét...Le li répounant qu'ol étét troes jhours avant la Nàu...que coume a vat bén meù a vat pever rentràe ché lai pr la faetàe...Le li demandant si al at den l'idàie lés nàuléts qu'a vat faere...a répoune rén...La vélle de la Nàu a rentre ché lai...D'aussetout a vat drét le pllacard sou la maràie. Al uvre la porte, sort la bunbe de butane, vire lés deùs tras boutélles, leve la trape...le sac étét trjhou lae. A le tire pr lés deùs brides. A veùt jha argardàe deden. A le secoude, o brline en deden...çhàul or...çhàu chéti t-or. De sér...

            Coure ol ét  neùt, é ol ét a boune oure pasqu'o fét in tenp bas, brumallous, le tenp au louc qu'o desét memae, a s'apraete. A li tént pu. A saute en pllace é la vela a se nalàe den la neùt, coume l'annàie derére.... Le Boes dau Cerésou. A le couneùt coume sa poche. A s'en aprche. Al en vet la négrtai qu'o fét lés abres trtouts d'in moussea...A rentre den çhéle négrtai, ol at jha de lune çhéte annàie...a vire a la broussàie peù a cheùt drét su le chàumea. Au tabllea de sa muntre lés oures trlusant. Core cénc minutes avant mineùt. O vat étre l'oure. O li fét pu tort d'étre çhi, en plléne neùt, tote soule. A l'entend rén. Sés élls télement uvérts en grand que le li fasant màu. La tàere...La taere vat-éle s'uvri...Deùs minutes “... Batiot ...voure és-tu mun Batiot...” In petit mae d'ine minute...La clloche de l'égllése, au lén, laesse cheùre le prmàe cop de mineùt coume o se met de cllértàe den le mitan dau chàumea. La tàere s'uvre core. Al avance, cha petit pr coumençàe peù, pu vite...o fét tras cops de sounais...A s'en vat au funs...Den in funs qu'o sort coume de la broue ou bén de la fumàie...Neùv !... dis !...unze !...a se retrove defore...sun sac trine dare lai...vide avoure...Dose !...La cllértai baesse, peù s'en vat tote...Pu rén qui laesse vere que la tàere s'at uvri...La neùt. La neùt prtout...Den le ciàu ol ét a crére que la lune vént d'éralàe lés nubeas qui l'abrichant...Ine cllértai douce s'apoue su l'aeràie dau chaumea...La Lisebea ét trjhou lae a argardàe voure que la tàere s'at uvri...Ine cllértai qu'o dirét que la lune mene lés raes voure qu'a veùt...La Lisebea passe sa mén su sa goule, détrvire sés piàus en are, se penche...“Ba...Batiot...” qu'a jhite den ine bufàie...Peù al huche a tot le boes “ Ba...tiooot!...”. D'in randun al ét a li, o dirét qu'al l'at rén qur laessai...L'ét çhi, lés deùs méns den lés poches de sun parca...le regnoche a sa meman qui le prend a la brassàie é vire tras quatre cop en le solevant...“ Batiot...”

            O sit le pu bea daus Nàu qu'ol oghit den la mésun...maeme si o réstét ghére de chouse den la çheùsine, a trouvit deque le menjhiant...Peù in grand feù den la cheminàie...É daus bijheries, a le doullit, a le doullit,Batiot...

            Dau dépeù la Lisebea al at trouvai in petit d'ouvrajhe. A fét daus ménajhes a la mésun de retraete...A l'ét bén, le sant benaeses maeme si a gagne jha bén grous...Batiot li, l'épijhe tots lés jhors in petit mae...Avoure ? Avoure ol ét la Nàu...trtots lés jhors.

CHEBRÉT

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cunte de Nàu pr lés draules (suivi d'une traduction)

A Marguerite

La Nàu a Jhanbllan

Jhanbllan, ol étét in fradét, mé in fradét en pélle coume ine catin, que le Pére Nàu avét amenét ine neùt de Nàu den le soulàe a Maghitun. Al l’amit réde bén sun Jhanbllan la Maghitun...

Mé ol ét que dau dépeù, Jhanbllan le s’enneùyét, le s’enneùyét à crvàe...sultout la neùt, quoure a dourmét la Maghitun.

Le mae dur, ol étét quoure ol arivét çhéle neùt de Nàu, que trtouts s’amusiant que le ménjhiant dau bun fricot, qu’ol avét de la musique...é que li le réstét apouai à coutai dau lét a Maghitun...

Ine neùt le décidit de se nalàe pr retrouvàe le Pére Nàu. Le velét li demandàe de trouvàe déque sougnàe çhau màu qui l’agatét a neutàu...Mé, bén sur ol étét lén a ché le Pére Nàu, le trouvit jhamé le chemin...

Le tornét, le virét, é qu’ét-ou qui vént se rolàe de cunte li ?... Grifoulle, un grous chat gris qui troullét é qui fasét mine coume pr li càusàe...Grifoulle se drsit su sés pàutes de dare é den sés deùs pàutes de davant le tenét trés caleas, in grous, in méyén et in petit...que le dessit :

- « Tu ves Jhanbllan, çhés caleas...quoure t’aras besén de çhàuque chouse t’aras que de prenre in calea é tocàe dessu...mé o faurat que tu prenjhe a tall, le petit en prmàe, le méyen enpràe, peù le grous pr finir.. ! é peù tu diras :

Cali, calea

Toqui, toca

I toque su tàe

Ol ét pr màe ! »

Peù, ol oghit ine cllértai, o passit ine bufàie coume dau vent é Grifoulle le grous chat gris paréssit pu...ol avét pu rén que lés trés caleas que Jhanbllan assérit.

Le revénghit de sun pai a ché Maghitun...tornit a sa pllace aupràe dau lét. Le metit sés caleas bén a ras li bén bén assarais...peù, le dourmi l’empougnit...

Quoure le se dérévéllit...le trchit sés caleas, mé pu rén...la crésàie étét grande duvarte...ol étét l’autoune et o fasét grand bea, l’étai daus caleas coume o se dit a ché nousàutres...

L’avét veghu Roussea l’éçhurou se paganét de deçàe de delàe a bén daus fés...l’oghit vite cunpris qu’ét-ou qu’avét pris sés caleas...Le se n’alit pr trouvàe la cabourne a Roussea voure que l’assérét pr l’ivér...

In cop rentrai en deden, le sit jha bén lun a trovàe sés trés caleas...que le dessit :

- « Roussea, o fàut que tu me redounes més caleas, si tu me lés redounes, i t’inviterae a n-ine grande fàete pr Nàu, mé o me faut més trés caleas t-ou z’entends bén...més trés caleas ! »

Roussea li dounit sés trés caleas é Jhanbllan devalit de sa cabourne. Mé o fasét ine boune rabinàie que le s’étét nalai. Dau dépeù ol avét réde moullai é ol étét la grande aeve...la rivére avét lésprés tot a bllan, coument passàe en d’àutre coutai de la rivére...le sunjhit...peù le se dessit, lés caleas...bén sur lés caleas...veyun, le petit en prmàe...peù ac sun dét « Toc toc ! » é de sa petite voe :

- « Cali, calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe,

Ol ét pr màe ! »

D’aussetout, l’entendit ine voe qui venét dau deden le calea qui li dessit :

- Aprche dau bord de la rivére, tape tés élls é laesse-tou faere...

O fasit coume in gadroulli den l’aeve, in grand vroll, é in grous péssun arivit, l’arivajhit, é ac sa coue, le fasit grujhàe Jhanbllan su soun échine...peu...le se nalit coume si le balét su l’aeve sen faere rén coume secoudis...rendu en de l’àutre coutai, le le prnit su sa coue é le le metit a bas su la sole...au séc...pi, den in àutre grand vroll le se nalit a bas l’aeve é pu rén...

Alors Jhanbllan se nalit de sun pai...le marchit, le passit lés boes, lés chanps, lés couteas, peù, faticai le s’arétit den ine cabourne en pàere voure que viviant daus fradéts, mé daus vrae lleùs, bén vivants, pa en pélle, coume ine catin coume li...pi le dourmit l’empougnit...

Quoure le se dérévéllit le se dessit qu’o devét étre le moument de rentràe...dépeù cunbén de tenp que le dourmét ?...Quoure le mussit defore, ol été tot a bllan, la nàeve avét tot abrjhai...ine grande couvarte bllanche...Coument faere pr rentràe...Le sunjhit, den li...mé bén sur, lés caleas...lés deùs caleas qui li réstiant...A çhau cop, ol étét le méyén coume o li dessit Grifoulle çhau sér...é, ac sun dét « Toc, toc ! » é ac sa petite voe :

- « Cali, calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe

Ol ét pr màe ! »

É core in cop, ine petite voe en deden fasit :

- « Tape tés élls, t’as que d’atenir é o vat se passàe tout soul, éjhe pa pour... »

Le tapit sés élls...peu o vejhetit a ras li...Burinea, le grand levre venét d’arivàe su sun traenea en fasant pouvràe la naeve...

- « Grujhe que le li dessit... »

Le le fasit assire é vejhte ! le traenea se nalit d’in randun...Quoure le duvrit lés élls l’étét rendu davant la mésun a Maghitun...O trlusét de prtout, ol avét daus étéles au penghét aus crésàies, aus portes...daus ribandeas coulourais pendrllant en brtellant, in grand ribandea qui cllértét en courant d‘in bout l’àutre gravét le mur...ol avét de la musique, le munde s’amusiant...l’ateniant le Pére Nàu...

Jhanbllan sunjhit den sun deràe calea...le grous...é en l’argardant, den sa mén, le disét :

- « I verae bén mo-tou venir a çhéle fàete...mé jha coume i seù, ine catin en pélle, tout molasous, tout napai, tout enchouti, peù, i verét, coume i z-ou dessit, que Roussea l’éçhurou é peù Burinea veniant lleùs-tou... »

Alore, ac sun dét « Toc, toc ! » é le chantrolit :

- « Cali, calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe,

Ol ét pr màe ! »

Alore o se passit çhàuque chouse d’étranjhe den li...Jhanbllan senti in grand frmijhi den li...la pélle molassouse de sun charcoes se chanjhit en chéranjhe...sés bras, sés jhares...tout...l’étét devénghu in bea draulea tout coume Roussea é Burinea...le se trouvirant ac tout le munde qui fasiant la fàete...Entrmi trtouts Maghitun vénghit a li...l’argardit...le trouvit bea, le trouvit jhenti...a le prnit pr la mén é le tirit en jhaupiassant autour la tablle voure qu’ol avét tot pllén de bounes chouses a ménjhàe...Roussea é Burinea lleùs aviant pa atenu qu’o lour séjhe dit...le goutiant a tout ...Jhanbllan é Maghitun passirant la séràie de Nàu ensenblle la pu béle dau neùt de Nàu...peù bén d’àutres séràies étou d’asard...é le couneùssit pu l’enneùment...bén au cuntraere...

---

Conte de Noël pour les enfants

A Marguerite

Le Noël de Jeanblanc

Jeanblanc était un lutin, mais un lutin en chiffon, comme une poupée, que le Père Noël avait déposé dans les souliers de Maguiton, une nuit de Noël. Elle l’avait beaucoup aimé son Jeanblanc, Maguiton.

Mais, depuis, il s’ennuyait à mourir Jeanblanc, surtout la nuit lorsque Maguiton dormait. Mais le plus dur, c’était quand arrivait la nuit de Noël, que tout le monde s’amusait, qu’on mangeait de bons plats, qu’il y avait de la musique...et que lui, il restait, posé là, près du lit de Maguiton. Une nuit, il décida de partir retrouver le Père Noël. Il voulait lui demander de trouver comment faire pour soigner le mal qui le faisait souffrir des nuits entières...Mais c’était loin chez le Père Noël, et il ne trouva jamais quelle route prendre.

Il tournait et tournait encore quand quelque chose vint se frotter contre lui, Grifouille, un gros chat gris qui ronronnait et qui cherchait à lui parler...Grifouille se dressa sur ses deux pattes arrières et dans les deux de devant, il tenait trois noix, une grosse, une moyenne et une petite. Il lui dit :

- « Tu vois Jeanblanc, ces noix, quand tu auras besoin de quelque chose, tu prendras une noix, tu frapperas dessus, mais il te faudra les prendre dans l’ordre, la petite, la moyenne et la grosse, et tu diras :

- « Cali, Calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe,

Ol ét pr màe ! »

Puis, il y eut une clarté, un souffle passa, et Grifouille, le gros chat gris disparut. Il ne restait plus que les trois noix que Jeanblanc ramassa.

Il retourna chez Maguiton et revint à sa place près du lit. Il plaça les noix tout près de lui et s’endormit.

Lorsqu’il se réveilla, il chercha ses noix mais plus rien. La fenêtre était grande ouverte, il faisait un grand beau temps, on était en automne, c’était l’été des noix comme on dit chez nous. Il l’avait bien vu, Rousseau, l’écureuil, qui allait et venait de ci de là bien des fois...il eut vite compris qui avait pris ses noix. Et il partit à la recherche de l’arbre creux où il entassait ses provisions pour l’hiver. Une fois entré à l’intérieur, il ne mit pas longtemps à retrouver ses noix, il dit :

-« Rousseau, il faut que tu me redonnes mes noix, si tu me les redonnes, je t’inviterai à une grande fête pour Noël, mais il me faut mes trois noix, tu entends bien, mes trois noix ! »

Rousseau lui rendit ses trois noix et Jeanblanc descendit de l’arbre creux. Mais il y avait déjà quelques temps qu’il était parti. Depuis, il avait beaucoup plu et la rivière débordait de partout. Comment passer sur l’autre rive. Il réfléchit, puis il pensa, les noix, bien sur les noix, voyons, la petite pour commencer. Avec son doigt, il frappa « Toc, toc, toc ! » et de sa petite voix :

- « Cali, Calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe,

Ol ét pr màe ! »

Aussitôt une voix qui venait de l’intérieur de la noix lui dit :

- « Approche au bord de la rivière, ferme les yeux et laisse-toi faire ! »

L’eau s’agita, il y eut un gros remous, et un gros poisson arriva. Il aborda et, de sa queue, il fit monter Jeanblanc sur son dos. Puis il partit, comme s’il glissait sur l’eau, sans un à coup. Arrivé sur l’autre rive, il le prit sur sa queue et le descendit sur la berge, au sec, puis dans un nouveau remous, il plongea au fond de l’eau et disparut.

Alors Jeanblanc se mit à marcher. Il traversa les bois, les champs, les coteaux, puis, fatigué, il s’arrêta dans une caverne dans laquelle vivaient des lutins, de vrais lutins, pas des lutins de chiffon, comme une poupée, comme lui, puis il s’endormit.

Lorsqu’il s’éveilla, il pensa que se devait être le moment de rentrer, depuis combien de temps dormait-il ? Lorsqu’il se glissa dehors, tout était blanc, la neige avait tout recouvert, une immense couverture blanche. Comment rentrer ? Il pensa, mais bien sur, les noix, les deux noix qui lui restaient. Cette fois, c’était la moyenne...et avec son doigt « Toc, toc, toc ! » et de sa petite voix :

- « Cali, calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe

Ol ét pr màe ! »

Une nouvelle fois, une petite voix à l’intérieur lui disait :

- « Ferme tes yeux, tout va se passer tout seul, n’aies pas peur ! »

Il ferma les yeux. Il entendit crisser près de lui. Burineau, le grand lièvre venait d’arriver sur son traîneau en faisant voler la neige.

- « Monte », lui dit-il...

Il le fit asseoir, et hop ! le traîneau partit rapidement.

Lorsqu’il ouvrit les yeux, il était arrivé devant la maison de Maguiton. Ça scintillait de partout, il y avait des étoiles aux fenêtres, aux portes...des guirlandes de couleur pendaient en scintillant, une grande guirlande lumineuse clignotait en s’agrippant au mur...il y avait de la musique, les gens s’amusaient...ils attendaient le Père Noël...

Jeanblanc pensa en sa dernière noix...la grosse...En la regardant, dans sa main, il disait :

- « Je voudrais bien, moi aussi, assister à cette fête...mais pas comme je suis, une poupée de chiffon, toute ramollie, toute mouillée, toute salie, puis, je voudrais, comme je l’avais dit, que Rousseau l’écureuil et Burineau viennent, eux aussi... »

Alors, avec son doigt « Toc, toc, toc ! » et il chantonna :

- « Cali, calea,

Toqui, toca,

I toque su tàe,

Ol ét pr màe ! »

Alors, se passa quelque chose d’étrange en lui...Jeanblanc senti un grand fourmillement en lui...le chiffon mou de son corps devint de la chair...ses bras, ses jambes...tout...il était devenu un beau garçon, tout comme Rousseau et Burineau...ils se retrouvaient avec tout le monde qui faisait la fête...entre tous, Maguiton vint vers lui...le regarda...le trouva beau, le trouva gentil...elle le prit par la main et l’entraîna en sautant autour de la table où se trouvaient plein de bonne choses à manger...Rousseau et Burineau eux, n’avaient pas attendu qu’on les invite...ils goûtaient à tout...Jeanblanc et Maguiton passèrent le soir de Noël ensemble, la plus belle des nuits de Noël...et bien d’autres soirées après...et, il ne connut plus l’ennui...bien au contraire...

Jean-Jacques Chevrier

---

Pour lire d'autres contes ou pour vous documenter sur l'histoire des Noëls poitevins, suivez ce lien ! http://www.gencay.fr/fr/information/38225/les-naus

 

Publié dans e-vellour

Commenter cet article