Jeu - Secrets de vannier

Publié le

Le Festival Art & Imaginaire 2014 a invité Michel Fougère, vannier par passion depuis 40 ans, pour un atelier de tressage. Testez vos connaissances sur cette activité couramment pratiquée lors des veillées !

1. Mon cousin de Vendée est tressé avec de l'osier. Mais dans ce pays de forêts, c'est le châtaignier qui entre dans ma fabrication. Je suis : voir la réponse

Polyvalent, je transportais la nourriture pour les animaux (betteraves, topinambours...). La terre des légumes passait à travers mon tressage... Pratique !

2. « Poussé de misère », j'ai eu une croissance lente, à l'ombre de mes frères. Pourtant, je vais bientôt rendre de fiers services, à commencer par toi, vannier. Je suis : voir la réponse

3. Quelques minutes dans l'âtre, l'odeur de la châtaigne se répand, je suis « cuit »... mais je ne suis pas du pain ! Je suis : voir la réponse

L'étape de la « cuisson » permet d'assouplir le bois, la sève ressort en bouillonnant. Le vannier écorce ensuite le bois et le fend en plusieurs tiges fines d'un centimètre de largeur environ.

4. Le cœur et la peau ne servent à rien. C'est moi que le vannier préfère ! Tendre et de couleur claire, qui suis-je ? voir la réponse

Découpée en lanières, je constitue le matériau de tressage pour le corps du panier. A noter : le châtaignier se travaille toujours vert.

5. Montées « comme du tricot, avec des augmentations » et tressées patiemment, nous sommes : voir la réponse

Le vannier égalise ensuite l'épaisseur de chaque lanière. Le tressage peut commencer autour de la structure-cadre en châtaignier. Une semaine de travail est nécessaire pour réaliser un panier.

Le panier gâtinais
Mon armature résistante est faite de lames clouées dans le sens de la longueur et d'éclisses.
Le rondin de châtaignier
Ce prélèvement de bois par ailleurs est une façon d'entretenir la forêt.
Le rondin à nouveau !
L'aubier
ou la partie du bois juste sous l'écorce.
Les éclisses
Ces fines lanières prélevées dans le rondin sont parfois mises dans l'eau pour ''s'attendrir''.
Un grand merci à Michel Fougère d'avoir partagé son savoir-faire et sa bonne humeur avec les enfants de l'atelier et l'équipe du Centre Culturel.

Un grand merci à Michel Fougère d'avoir partagé son savoir-faire et sa bonne humeur avec les enfants de l'atelier et l'équipe du Centre Culturel.

Commenter cet article